Tokujiro Namikoshi, universellement reconnu comme le père du shiatsu, est né le 3 novembre 1905 (trente huitième année de l’ère Meiji) dans la ville de Tadotsu, sur l’île japonaise de Shikoku. Cette année-là, le Japon battit la grande Russie et la victoire provoqua une grande euphorie dans tout le pays. Tokujiro a connu une croissance économique prospère jusqu’à l’âge de sept ans lorsque, en raison de fortes précipitations, la société qui fabriquait les parapluies de son père Eikichi a échoué. Cela semble presque un paradoxe, mais à cette époque, les parapluies étaient en papier et ne pouvaient pas sécher après le traitement. La non-livraison d’une grande commission, ainsi, n’a pas permis le paiement de la dette pour l’achat des matières premières. Immédiatement après que la famille Namikoshi ait décidé de s’installer à Hokkaido, l’île la plus septentrionale du Japon, où le gouvernement a octroyé des subventions pour récupérer la région. Suite au changement de climat soudain, les douleurs situées dans tout le corps ont forcé la mère de Tokujiro, Masa, à se coucher. La femme était touchée par ce que nous appelons aujourd’hui le rhumatisme articulaire. Comme il n’y avait pas de médecins ni de médicaments à Rusutsu, le village où ils avaient déménagé, Eikichi a demandé à ses fils de masser doucement leur mère à tour de rôle. La pratique du massage était très répandue à l’époque et avait des origines de la médecine traditionnelle chinoise. Grâce à l’aide des enfants, Masa a commencé à se sentir mieux et elle a notamment été avantagée par les massages de Tokujiro, qui a utilisé la pression des pouces pour dissiper la raideur. Devant ce succès, le père décide de lui confier la mission. Tokujiro a continué à expérimenter avec des techniques différentes, la pression varie en fonction du degré de rigidité, la température de la peau et d’autres facteurs, tant que les symptômes de la mère ne disparaissent complètement. Cela a marqué le destin du petit Tokujiro et l’a amené à étudier de manière intensive au fil des ans et à répéter la phrase “Le cœur du shiatsu est le cœur de la mère”. Il a ensuite expérimenté différentes méthodes jusqu’à la thérapie moderne du Namikoshi Shiatsu, reconnu par le ministère japonais de la Santé de 1957 à nos jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *